Université de Nantes
Archive du Service Commun de la Documentation

Pré-C - Prévalence de l'hypovitaminose C et du scorbut dans un service de médecine polyvalente

Par : Umdenstock, Thibaut

Document archivé le : 20/09/2021

Objectifs. Déterminer la prévalence de l'hypovitaminose (ascorbémie <5mg/l) et de la carence (<2mg/l) en Vitamine C chez des patients hospitalisés. Identifier les réels scorbuts. Evaluer la capacité des cliniciens à dépister les hypovitaminoses C sur la base de leur intuition clinique. Evaluer les critères anamnestiques, cliniques et biologiques. Méthode. Etude prospective, unicentrique, non interventionnelle. Dosage de Vitamine C chez tout patient majeur nouvellement hospitalisé. Entretien clinique préalable avec estimation de la probabilité d'hypovitaminose C. Récupération à posteriori des valeurs d'hémoglobine, leucocytes, albumine, Vitamine B9 et CRP. Résultats. 150 patients ont été inclus. L'étude a montré 56.7% [I95% 48.3-64.7] d'hypovitaminoses C et 24.0% [IC95% 17.4-31.6] de carences. 13 scorbuts ont été identifiés, soit 8.7% [IC95% 4.2-13.2] des patients inclus. La sensibilité de l'intuition du clinicien a été évaluée à 72.9%, la spécificité à 33.8%. Les facteurs de risque d'hypovitaminose C étaient l'âge < 80ans (OR 2.35, IC95% 1.16-4.74), le sexe masculin (OR 2.01, IC95% 1.04-3.90), le tabagisme (OR 2.29, IC95% 1.01-5.20) et l'éthylisme chronique (OR 2.89, IC95% 1.25-6.69). Il existait une association significative entre asthénie et hypovitaminose C (OR 2.00, IC95% 1.03-3.90) et entre poils en tire-bouchon et carence (OR 5.97, IC95% 1.35-26.36). L'albuminémie <30g/l (OR 2.74, IC95% 1.30-5.77), la carence en Folates sériques (<5µg/l) (OR 11.32, IC95% 3.90-32.88) et la présence d'un syndrome inflammatoire (CRP>10mg/l) (OR 2.95, IC95% 1.34-6.50) étaient significativement associées à une hypovitaminose C. Conclusion. L'hypovitaminose C et le scorbut sont fréquents en hospitalisation et paradoxalement méconnus du monde médical. Le diagnostic présomptif d'hypovitaminose C est difficile. La recherche de facteurs de risque, un examen clinique minutieux et la coexistence de marqueurs biologiques de dénutrition doivent aider au diagnostic, et ainsi guider une supplémentation empirique. 21 NANT 082M


Fichier(s) associé(s) au document :
umdenstockMED21.pdf