Archive des Bibliothèques universitaires de Nantes

Les fichiers ne seront visibles qu'après la date de confidentialité : 01/06/2023
Syndrome des antiphospholipides après 65 ans : étude comparative rétrospective des caractéristiques clinico-biologiques et des récidives thrombotiques

Par : Masson, Colombe

Document archivé le : 30/09/2021

L'objectif de cette étude était de décrire les caractéristiques des patients ayant un diagnostic de SAPL après 65 ans, et de les comparer à une cohorte de sujets SAPL jeunes. Nous avons réalisé une étude rétrospective multicentrique entre Nantes et Nancy, qui comparait 58 patients SAPL = 65 ans à 127 patients SAPL < 65 ans. Il y avait une prédominance masculine chez les sujets âgés (58,6% vs 36,3% p=0,001). Les manifestations thrombotiques au diagnostic ne différaient pas selon l'âge, à l'exception d'un excès d'infarctus du myocarde chez les patients âgés (12,1% vs 1,6% p=0,005). Sur le plan immunologique, l'aCL IgM était plus fréquent chez les patients âgés que chez les patients jeunes (33,9% vs 18,1% p=0,02), contrairement au LAC (52,8% vs 66,9% p=0,02). Le LAC était toutefois l'anticorps le plus fréquent chez les sujets SAPL âgés (52,8%). Après un suivi médian de 52 mois [Q1-Q3:27-101] chez les sujets âgés et de 60 mois [Q1-Q3:29 -104] chez les sujets jeunes, la survie sans récidive thrombotique globale était significativement moindre chez les SAPL âgés (p=0.044). Cette différence significative était liée aux événements artériels (p=0.003). Le traitement anticoagulant était moins souvent instauré chez ces patients (65,5% vs 91,3% p<0,001), qui présentaient un taux de complication hémorragique plus important (17% vs 3% p=0,002). En conclusion, les patients SAPL =65 ans avaient une présentation différente, avec une prédominance masculine, plus d'IDM, plus de SAPL simple positif et une positivité plus fréquente de l'aCL IgM. 21 NANT 097M