Université de Nantes
Archive du Service Commun de la Documentation

Induction de la tolérance allogénique par transfert de gène dans le foie

Par : Le Guen, Valentin

Document archivé le : 16/09/2016

L'induction de la tolérance immune spécifique du donneur est une bonne alternative à la prise d'immuno-suppresseurs au long terme, classiquement utilisés pour limiter le rejet de greffe. Les molécules de Complexe Majeur d'Histocompatibilité du Donneur (CMH) sont les principales cibles de la réponse allogénique chez le receveur en transplantation. Le transfert de gène ciblant le foie à l'aide de vecteurs viraux induit la tolérance au produit du transgène. Pour déterminer si l'expression d'un alloantigène par les hépatocytes induit la tolérance et favorise l'acceptation de la greffe, des souris C57Bl/6 (H-2b) ont été traitées à l'aide d'un vecteur AAV (pour Adeno Associated Virus) permettant l'expression du CMH I H-2Kd par les hépatocytes. Les souris sont tolérantes à l'alloantigène et l'expriment à leur membrane à long terme, même après vaccination à l'aide d'un adénovirus. Après induction d'un diabète, des souris traitées avec l'AAV rejettent plus tardivement des greffes d'îlots pancréatiques de souris Balb/c (H-2d), et 40% d'entre elles sont tolérantes (survie >100 jours). L'expression de H-2Kd dans le foie induit l'expansion localement de LT CD8+ allospécifiques et suppresseurs. Leur transfert adoptif chez des souris naïves diabétiques améliore la survie de greffe allogéniques d'îlots pancréatiques. Nous avons démontré pour la première fois que l'expression à long terme d'une molécule de CMH I induit la génération d'un sous-type de LTreg CD8+ allospécifiques favorisant la tolérance à des allogreffes. Le transfert de gène dans le foie est une stratégie prometteuse pour l'induction de la tolérance spécifique du donneur in vivo. 16NANT06-VS


Fichier(s) associé(s) au document :
le_guenDOC16.pdf