Université de Nantes
Archive du Service Commun de la Documentation

Étude des effets modulateurs de Propionibacterium acnes sur l'expression kératinocytaire d'hormones cutanées?. Évaluation in vitro de l'efficacité d'une molécule thérapeutique à visée anti-acnéique

Par : Isard, Olivia

Document archivé le : 03/05/2011

L'acné est une pathologie inflammatoire du follicule pilo-sébacé multifactorielle dont le développement se déroule suivant trois étapes : une stimulation des glandes sébacées aboutissant à une hyper séborrhée, une hyper prolifération associée à une différenciation et une adhésion kératinocytaire anormale conduisant à la formation de la lésion élémentaire de l'acné : le microcomédon, et enfin une phase inflammatoire dans laquelle la bactérie Propionibacterium acnes (P.acnes) semble jouer un rôle primordial. L'axe CRH/CRH-R1 (corticotropin releasing hormone / corticotropin releasing hormone receptor 1) joue un rôle fondamental dans la réponse de l'organisme au stress et il a été décrit qu'il existait un équivalent de cet axe au niveau cutané. L'axe IGF-1/IGF-1R (insulin-like growth factor-1 / insulin-like growth factor-1 receptor) est fondamental pour la prolifération cellulaire et est, lui aussi, présent au niveau de la peau. Ces deux axes ont récemment été suggérés comme potentiellement impliqués dans la pathologie de l’acné car leur activation pourrait être associée à la modulation de la séborrhée, de la prolifération et de la différenciation kératinocytaire ainsi que de l’inflammation. Notre premier objectif était d'étudier le rôle possible de P.acnes dans la modulation de ces axes au niveau cutané. Un modèle d’explants de peaux saines et un modèle de monocouches de kératinocytes incubés en présence de deux extraits de P.acnes (un extrait FM contenant les protéines de la paroi et de la membrane plasmique de la bactérie, et un extrait SA contenant les protéines cytosoliques) ont été utilisés et les niveaux d'expression du CRH, du CRH-R1, de l'IGF-1 et de l'IGF-1R ont été étudiés. Nous avons mis en évidence que l'expression des hormones CRH et IGF-1 et de leurs récepteurs était stimulée par des incubations avec P.acnes. Ainsi, cette bactérie est impliquée non seulement dans la phase inflammatoire de l'acné mais pourrait jouer un rôle fondamental dans les phases précoces du développement des lésions. Le zinc est utilisé pour le traitement de l'acné inflammatoire minime à modérée. La pluralité du mode d’action du zinc n'est que partiellement connue et si son action sur la phase inflammatoire de l'acné est relativement bien étudiée, son éventuel rôle dans les phases plus précoces du développement de la pathologie n'est que très peu décrit. En parallèle, sur les mêmes modèles, nous avons donc étudié les possibles effets préventifs du gluconate de zinc sur les axes CRH/CRH-R1 et IGF-1/IGF-1R par des pré-incubations de 1h ou 24h. Nous avons mis en évidence que le gluconate de zinc était capable d'inhiber les surexpressions de CRH, IGF-1 et leurs récepteurs induites par P.acnes. Ainsi, l’efficacité du zinc dans le traitement de l'acné pourrait s'expliquer par une modulation de ces deux axes. Enfin, la seconde partie de notre travail a consisté à évaluer l'efficacité anti-inflammatoire d'une molécule à visée anti-acnéique : l’APRC11. Le modèle de kératinocytes en monocouches stimulés par la fraction FM de P.acnes a été utilisé. Nous avons confirmé que P.acnes stimulait l'expression de l'IL-1?, l'IL-1RA, l'IL-8 et le MMP-9 et nous avons mis en évidence que l'APRC11 était capable de moduler ces surexpressions. L'efficacité de l'APRC11 était supérieure à celle du gluconate de zinc ou du rétinaldéhyde seuls. - 2010NANT36VS


Fichier(s) associé(s) au document :
isardDOC10.pdf