Université de Nantes
Archive du Service Commun de la Documentation

Analyse des anomalies de l'électrocardiogramme et des arythmies ventriculaires dans le prolapsus valvulaire mitral sans insuffisance mitrale

Par : Plessis, Marie

Document archivé le : 12/11/2018

Introduction : des anomalies de l'électrocardiogramme de repos ont été rapportés chez les patients atteints de prolapsus valvulaire mitral (PVM). L'impact du PVM sur ces anomalies reste incertain. Des arythmies ventriculaires ainsi qu'un risque de mort subite ont également été rapportés chez les patients porteurs de PVM. Matériel et méthodes : nous avons réalisé une étude monocentrique au sein du CHU de Nantes chez des adultes atteints de PVM sans IM ou de sa forme prodromale, le déplacement systolique minimal et des patients témoins. Tous les ECG des patients ont été analysés par deux cliniciens. Les holter-ECG et épreuves d'effort des patients étaient également analysés. Résultats: 499 patients (59,9% de femmes, âge moyen 45,9 ans) ont été inclus. 164 patients constituaient le groupe PVM, 83 patients étaient dans le groupe présentant une forme prodromale ou déplacement systolique minimal (DSM) et 252 patients étaient dans le groupe témoin. Un plus grande prévalence d'ondes T négatives a été mise en évidence dans le groupe PVM en comparaison aux témoins (7 (4,3%) vs 2 (0,77%, p = 0,01). Un allongement du Tp-e et une augmentation du ratio Tp-e/QTcont également été mis en évidence chez les patients PVM à la limite de la significativité (respectivement 81,8 15,4 vs 78,714,5, p = 0,09 et 0,202 0,036 vs 0,195 0,0032, p = 0,06). Une augmentation de la dispersion du QT et du QTc a été mise en évidence chez les patients plus sévères présentant un PVM avec une DAM. L'analyse de corrélation retrouve un nombre plus fréquent d'ESV dans le groupe PVM et leur présence est corrélée avec le degré d'atteinte de l'appareil valvulaire mitral. Les ESV mises en évidence sont généralement (80%) de type retard droit avec un axe supérieur. Conclusion : notre étude confirme la présence d'anomalies de l'électrocardiogramme chez les patients PVM sans IM comme la présence d'ondes T négatives avec une prévalence de 4,3%. Les ESV ont également une prévalence plus importante chez les patients PVM, estimée à 13%, et peuvent provenir du muscle papillaire. Une étude sur une population plus large de patients PVM incluant des PVM avec IM permettrait d'étudier la prévalence des anomalies ECG en fonction de l'atteinte de l'appareil valvulaire mitral. 18NANT107M


Fichier(s) associé(s) au document :
plessisMED18.pdf