Université de Nantes
Archive du Service Commun de la Documentation

Douleurs cancéreuses réfractaires place des anti-NMDA

Par : Libeau Dorothée

Document archivé le : 12/10/2007

Dix pour cent des patients cancéreux présentent des douleurs réfractaires dues au cancer. La kétamine largement utilisée en anesthésiologie, a prouvé son efficacité depuis 1974 comme antalgique à des doses inférieures aux doses anesthésiques. C est en 1990 que son emploi dans la douleur réfractaire a été décrit. Depuis, la kétamine est utilisée comme adjuvant dans la douleur cancéreuse ne répondant pas aux traitements habituellement administrés et a fait l objet d un intérêt croissant sans qu aucune étude clinique randomisée n ait été réalisée. Dans ce travail nous avons cherché à faire un état des lieux des travaux concernant l utilisation de la kétamine dans le domaine de la prise en charge douleur cancéreuse réfractaire, et ainsi, nous avons pu mettre en évidence toutes les difficultés rencontrées dans le domaine de la recherche clinique en soins palliatifs. Les auteurs recommandent d utiliser le cross-over, d étudier l efficacité de ce médicament plus précocement dans la maladie, à un stade de douleur non encore défini comme réfractaire, de façon à pouvoir permettre l emploi du placebo dans le respect des considérations éthiques.


Fichier(s) associé(s) au document :
pdfNatif.pdf