Intérêt du sildénafil dans l'insuffisance cardiaque systolique avancée compliquée d'hypertension artérielle pulmonaire

Par : Sassier, Jérôme

Document archivé le : 05/12/2011

L'hypertension pulmonaire (HTP) post-capillaire est un facteur de mauvais pronostique dans l'insuffisance cardiaque avancée et prédictif de mortalité post-greffe cardiaque. La place des traitements spécifiques de l'hypertension artérielle pulmonaire est encore mal connue dans cette population mais les inhibiteurs de phosphodiesterase en modulant la voie de NO pourraient avoir un rôle intéressant. Dans notre étude, nous avons étudié l'impact du sildénafil après trois mois de traitement sur l'hémodynamique pulmonaire, la fonction ventriculaire droite et l'évolution pré et post greffe. Entre décembre 2008 et juin 2011, douze patients ont été inclus dans notre étude. On observe une baisse des résistances artérielles pulmonaires (RAP) de 26% ; du gradient trans-pulmonaire (GTP) de 22.2% et une augmentation de l'index cardiaque de 15.7% après trois mois de traitement. Parmi les patients présentant une HTP non réversible initialement, 80% ont évolué vers une HTP réversible à trois mois et 25% des patients présentant initialement une HTP réactive ont évolué vers une HTP passive. La fonction ventriculaire droite est stable après trois mois de traitement sur les paramètres échographiques étudiés. Le sildénafil semble donc avoir un effet bénéfique sur l'hémodynamique pulmonaire en diminuant les RAP et le GTP et en majorant le débit cardiaque. Il semble améliorer la réponse aux tests de réversibilité et parait donc intéressant pour optimiser les patients en attente de greffe cardiaque. Il pourrait être un traitement d'avenir de l'insuffisance cardiaque avancée compliquée d'HTP. - 2011NANT058M


Fichier(s) associé(s) au document :
sassierMED11.pdf