Les cosmétiques de luxe : affaire d'efficacite ou affaire de marketing ?

Par : Redor, Anne-Laure

Document archivé le : 30/11/2012

Pour le luxe, 2012 est une année importante avec un chiffre d'affaire mondial dépassant la barre des 200 milliards d'euros. Il s'agit d'un secteur qui a su évoluer au fil du temps selon les époques et les civilisations. Pour ce qui est du secteur de la beauté, il s'agit du secteur du luxe le mieux représenté en France. Les professionnels du luxe vont surfer sur la vague de la rareté et de la préciosité en proposant plus que de simples soins, des cosmétiques aux extraits de caviar, d'or ou encore de pierres précieuses. Entre stratégie marketing et performance, les grandes maisons de luxe vont revendiquer des soins révolutionnaires avec des contenants et/ou des contenus hors du commun. Entre efficacité et plaisir, dans un secteur où tous les sens sont mis à contribution, le consommateur est le seul juge. En empruntant les codes du luxe, le secteur de la pharmacie va proposer des gammes de soin plaisir. A la notion d'efficacité, s'ajoute une notion plus frivole, qui reste à développer dans le domaine de la pharmacie. Les grandes maisons de luxe voient en ce secteur une nouvelle branche d'activité. Le luxe pourrait ainsi s'y développer en limitant les dérives. A l'heure où la jeunesse est un véritable trésor, quoi de mieux que des « bijoux » pour la peau ? 12NANT047P


Fichier(s) associé(s) au document :
redorPH12.pdf