Syndrome coronarien aigu avec sus décalage du segment ST chez les patients de 85 ans et plus : prise en charge invasive versus traitement médical exclusif : étude départementale

Par : Doizon, Thomas

Document archivé le : 06/01/2015

Objectif : Les patients 85 ans et plus sont des sujets fragiles chez qui il peut paraitre risqué de réaliser une coronarographie en phase aigüe d'un Syndrome Coronarien Aigu avec sus décalage du segment ST (SCA ST+). Si le geste en lui-même est techniquement réalisable, la question se pose du bénéfice à moyen terme dans cette population. Peu de données existent sur la prise en charge des SCA ST+ des sujets très âgés. L'objectif de notre étude est de comparer la mortalité des patients de 85 ans et plus ayant présenté un SCA ST+ traités par coronarographie ou fibrinolyse d'un côté et ceux ayant reçu un traitement médical exclusif. Les objectifs secondaires évaluent la morbidité (comorbidités, autonomie). Matériel et Méthodes : Il s'agit d'une étude rétrospective monocentrique (CHD Vendée, La Roche-sur-Yon) incluant les patients de 85 ans et plus ayant présenté un SCA ST+ entre Janvier 2008 et Décembre 2011. Les patients on été répartis en deux groupes : ceux traités par coronarographie ou fibrinolyse (« INVASIF ») et ceux ayant reçu un traitement médical exclusif (« NON INVASIF »). Résultats : Sur les 838 patients hospitalisés pour SCA ST+ au cours de la période de l'étude, 71 (8,5%) avaient 85 ans et plus. 39 patients ont été inclus dans le bras «INVASIF » (36 coronarographiés et 3 fibrinolysés) et 32 dans le groupe « NON INVASIF ». L'âge moyen du premier groupe est 87,6(+/-2,8) ans contre 89,6(+/-4,0) ans (p=0,01) dans le deuxième. La mortalité à 1 an était plus importante dans le groupe « NON INVASIF » (58,3% versus 25,4% ; p =0,03). La mortalité est plus importante chez les patients institutionnalisés par rapport à ceux vivant à domicile (58,3% versus 25,4%). Les critères identifiés de moindre accès à la coronarographie sont l'âge, le sexe féminin, l'antécédent de valvulopathie sévère, l'absence de prise en charge par le SMUR et le délai de prise en charge. Concernant les complications hospitalières, on ne retrouve pas de différence entre les deux groupes. La proportion de patients intégrant une institution dans l'année n'est pas différente non plus. Le score CIRS-G évoluant des comorbidités est identique entre les deux groupes (avant hospitalisation et à un an). Conclusion : La prise en charge invasive (coronarographie/fibrinolyse) des SCA ST+ chez le patient âgé semble diminuer la mortalité à un an sans entrainer plus de complications hospitalières. 14NANT087M


Fichier(s) associé(s) au document :
doizonMED14.pdf