Université de Nantes
Archive du Service Commun de la Documentation

Légionellose nosocomiale : prévention et analyse des cas survenus au CHU de Nantes de 2008 à 2017

Par : Le Touche, Robin

Document archivé le : 22/05/2019

Cette infection est due à des bactéries du genre Legionella, dont l’espèce-type est Legionella pneumophila qui est l’espèce majoritairement retrouvée en pathologie humaine. Les légionelles sont retrouvées à l’état naturel dans l’eau douce (lac, rivière, mare, étang, …), mais également dans les réservoirs artificiels créés par l’homme (réseaux d’ECS, TAR, fontaines décoratives, …). De ce fait, elles peuvent être à l’origine d’infections nosocomiales dans les établissements de soins. De nombreux textes réglementaires encadrent la prévention du risque lié aux légionelles, notamment au niveau des réseaux d’eau chaude sanitaire, des TAR et de l’eau utilisée pour les soins respiratoires, afin de réduire le risque de contamination des patients dans les hôpitaux. Ces mesures sont mises en œuvre au CHU de Nantes, mais néanmoins des cas de légionellose nosocomiale sont survenus. Le bilan et l’analyse des huit cas diagnostiqués entre 2008 et 207 ont mis en évidence des contaminations liées, non pas aux douches, mais aux robinets ou à l’utilisation d’appareils venant de l’extérieur du CHU. Cette évolution des expositions à risque est à prendre en compte à l’avenir pour adapter la prévention en milieu hospitalier. 19NANT007P


Fichier(s) associé(s) au document :
le-touchePH19.pdf