Le Tibet dans les relations internationales (1950-1971)

Par : Marion Fromentin Libouthet

Document archivé le : 14/02/2014

Lorsqu'en 1950 la République populaire de Chine envahit le Tibet, pays indépendant de facto depuis 1911, la communauté internationale n'émet que de timides protestations. Quel est son rôle et son action, bien souvnt caractérisés par l'ambiguité, dans un conflit qui plonge ses raciens au cœur du XIXe siècle? Peut-on affirmer que le Tibet, au nom d'intérêts politiques et stratégiques qui le dépassent est un pays sacrifié pour la communauté internationale ? Victime du jeu des puissances, le pays des neiges se retrouve isolé en 1950 face à la république populaire de Chine.L'Inde, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis assistent en toute connaissance de cause à la disparition d'un Eatta souverain. La cohabitation entre la Chine communsite et le Tibet prend brutalement fin en 1959 avec la fuite du dalaï-lama en Inde.Bien que celle-ci soit devenue le refuge de milliers de Tibétains fuyant leur pays, Nehru fait le choix de sacrifier le Tibet au nom de l'amitié sino-indienne. Le toit du monde se retrouve alors au cœur de al grande croisade menée par Washington et ses alliés contre le communisme. Cette période, caractérisée par le double langage et l'ambiguité, prend fin en 1971, lorsque l'administration de Nixon décide de se rapprocher de Pékin. La fermeture du pays pendant la révolution culturelle aidant, l'opinion, d'abord émue par le sort du Pays des neiges, finit par se désintéresser de son sort et le laisse sombrer dans l'oubli.

Fichier(s) associé(s) au document :
le tibet dans les relations internationales (1950-1971) - Libouthet.pdf