Étude de la variabilité et de la taille de l effet des antidépresseurs sur des modèles comportementaux et neurobiologiques ; Texte imprimé / Denis David ; sous la dir de Pascale Jolliet Alain Gardier

Par : David , Denis -- 1977

Document archivé le : 10/03/2010

Ce travail a été réalisé in vivo chez la Souris sur des modèles comportementaux (test de la nage forcée, FST et test de suspension caudale, TST) et neurobiochimique (microdialyse intracérébrale). Les études comportementales ont exploré les facteurs supposés de variabilité des souris (souche, sexe, âge) afin de déterminer quels paramètres modifier pour sensibiliser les tests. La souris mâle de fond génétique Swiss âgée de 4 semaines est celle qui est la mieux adaptée à nos conditions expérimentales pour détecter un effet antidépresseur. En microdialyse, nous avons recherché une relation entre la pharmacodynamie (variations des temps d'immobilité dans le FST) et les concentrations extracellulaires de sérotonine ([5-HT]ext) et de noradrénaline ([NA]ext) corticales. L'administration d'une dose unique de deux Inhibiteurs de la Recapture Sélectifs de la Sérotonine (IRSS), la paroxétine et le citalopram, augmente les [5-HT]ext et [NA]ext corticales, mais la réponse noradrénergique versus sérotoninergique dépend de la dose administrée. L'augmentation des [NA]ext corticales observée après administration d'une dose test est maintenue lors de l'administration chronique (1 mg/kg/jour pendant 14 jours) de citalopram, mais pas pour la paroxétine. Un traitement chronique de 14 jours avec la paroxétine, mais pas avec le citalopram, augmente la taille de l'effet dans le FST. 2003NANT07VS


Fichier(s) associé(s) au document :
DOCdavid.pdf