Contribution à l'étude des cellules Natural Killer dans le contexte de la double-greffe de sang de cordon

Par : Rettman, Pauline

Document archivé le : 18/01/2016

La dUCBT est réalisée chez l'adulte en l'absence d'un donneur de CSH HLA compatible et seul l'un des 2 SC injectés reconstitue l'hématopoïèse du patient dans 95% des cas. Cependant, les mécanismes immunologiques impliqués dans la dominance d'un seul SC n'ont pas été identifiés. Les cellules NK étant les premières à réapparaitre après dUCBT, les incompatibilités HLA pourraient être propices aux réponses NK KIR alloréactives. Nous avons étudié les incompatibilités KIR et KIR ligand sur une cohorte locale (n=50 dUCBT) et montré l'association de la combinaison KIR3DL1+/Bw4- dans le sens GvG à une meilleure prise mais à une incidence plus élevée de rechute. L'impact de cette combinaison n'a pas été confirmé sur un effectif national plus large (n=293), dû à l'hétérogénéité des pratiques cliniques des centres greffeurs et la complexité immunologique de la dUCBT. L'étude locale a révélé l'intérêt du génotypage KIR dès J+14 après dUCBT pour définir le cordon dominant. Nos résultats confirment que le répertoire NK KIR est constitué à partir d'un seul UCB dès J+14 après dUCBT. Pour mieux comprendre la biologie des NK de SC en dUCBT, nous avons étudié le phénotype et la fonction de SC (n=73) en parallèle à l'adulte (n=178). La formation du répertoire NK de SC est ainsi modulée par la nature des gènes KIR exprimés et semble peu dépendant de l'environnement HLA. La faible lyse spontanée des cellules NK de SC n'est pas corrélée à la fréquence de cellules NK KIR+ suggérant un répertoire en cours d'éducation fonctionnelle. Ce projet contribue à une meilleure connaissance de la biologie des cellules NK de SC permettant d'appréhender leur implication dans le contexte clinique de la dUCBT. 15NANT12-VS

Fichier(s) associé(s) au document :