Syndrome métabolique des patients VIH+ sous traitement antirétroviral hautement actif au long cours

Par : Biron Antoine

Document archivé le : 11/09/2008

Depuis l'introduction des HAART, sont apparues des complications métaboliques chez les patients VIH+ traités au long cours (lipodystrophies, dyslipidémies et insulino-résistance). Le syndrome métabolique (SM) est un syndrome associant une hypertension artérielle, une obésité viscérale et des troubles glucido-lipidiques qui prédispose aux maladies cardio-vasculaires et au diabète de type 2. Son utilisation auprès des patients VIH+ se justifie au vu de l évolution chronique de cette maladie sous traitement spécifique (HAART), dont les effets secondaires sont à l origine d importants désordres métaboliques encore mal expliqués. Notre travail met en évidence l exposition importante de cette population aux risques cardio-vasculaires par l estimation de la prévalence du syndrome métabolique et par la caractérisation du profil lipidique, inflammatoire et oxydatif des patients atteints. L analyse biologique des paramètres apolipoprotéiques (Apo C, E et H) et inflammatoires (CRP, IL-6) identifie l insulino-résistance et l inflammation comme les causes principales de l installation du syndrome métabolique et confirme l intérêt d intégrer la CRP comme nouveau paramètre de définition. L étude du statut oxydatif nous aura permis d identifier le rapport PON et l Apo H comme deux facteurs prédictifs et indépendants du syndrome métabolique, et d envisager les modifications de répartition de l Apo H au sein des lipoprotéines impliquées dans les dyslipidémies.

Fichier(s) associé(s) au document :