Thérapie cellulaire utilisant des cellules régulatrices myéloïdes autologues en transplantation

Par : Carretero-Iglesia, Laura

Document archivé le : 29/10/2015

L'objectif en transplantation d'organes est d'induire une tolérance spécifique du greffon à long terme. Les thérapies actuelles sont efficaces pour contrôler le rejet aigu du greffon mais sont inefficaces pour prévenir le rejet chronique. De plus, elles peuvent induire à des effets secondaires importants, rendant les patients sensibles à d'autres maladies. De nouvelles thérapies sont ainsi en cours de développement. L'utilisation de différents types cellulaires modifiés in vitro comme stratégie pour l'induction d'une tolérance spécifique d'antigène a été démontré efficace pour prolonger la survie de l'allogreffe dans plusieurs modèles animaux. Les cellules myéloïdes jouent un rôle important en transplantation. Elles sont impliquées dans la tolérance, ainsi que dans le rejet de la greffe. La modification in vitro des cellules myéloïdes pour leur utilisation en transplantation a suscité un intérêt ces dernières années. Le travail développé pendant cette thèse a eu pour objectif la génération de trois types de cellules régulatrices myéloïdes (cellules dendritiques tolérogènes, macrophages régulateurs et cellules myéloïdes suppressives). In vitro, nous avons étudié leur capacité suppressive sur l'activation des lymphocytes T et les mécanismes impliqués dans cette suppression. In vivo, nous avons testé leur potentiel à prolonger la survie de l'allogreffe après injection autologue dans un modèle de greffe chez la souris ainsi que les mécanismes qu'elles induisent. Nous supposons alors que les résultats obtenus pendant cette thèse pourront aider à développer une thérapie cellulaire efficace pour l'induction d'une tolérance en transplantation. 14NANT44-VS

Fichier(s) associé(s) au document :