Université de Nantes
Archive du Service Commun de la Documentation

Analyse qualitative et quantitative du transcriptome Vb du TCR dans la sclérose en plaques caractérisation des cellules portant les altérations et corrélations avec les paramètres cliniques et radiologiques de la maladie

Par : Laplaud David-Axel

Document archivé le : 28/02/2008

La SEP est une maladie inflammatoire et démyélinisante du SNC associée à des lymphocytes T auto réactifs contre des composants myéliniques. On pense que ces lymphocytes T auto réactifs, portant des TCR particuliers, pourraient se développer de façon clonale au cours de la maladie. Il pourrait donc être intéressant d'étudier le répertoire T dans le sang des patients afin d'identifier ces cellules auto réactives. Nous avons donc étudié la chaîne b du TCR à la fois sur un plan qualitatif et quantitatif dans différentes séries de patients et à différents moments, ainsi que chez des témoins sains. Les résultats suggèrent que le répertoire T des lymphocytes circulants est dévié à tous les stades de la maladie et de façon plus prononcée chez les patients ayant une maladie cliniquement définie ou une forme agressive que chez les patients ayant un syndrome cliniquement isolé. Le répertoire T est aussi plus biaisé dans les formes rémittentes que dans les formes progressives. Les déviations observées impliquent différentes familles Vb, sans altération publique, même chez les patients ayant un même type HLA-DR. Le suivi des patients pendant plusieurs mois montrait une stabilité relative des altérations observées, mais aussi l'apparition de nouvelles familles oligoclonales au cours du temps. Une corrélation positive a été mise en évidence entre les paramètres IRM (charge lésionnelle en T2 et activité lésionnelle) et l'apparition de nouvelles familles oligoclonales. Les lymphocytes T isolés appartenant à ces familles Vb oligoclonales appartenait à des populations essentiellement CD8+. Ces cellules accumulaient de façon importante des transcrits de cytokines pro-inflammatoires (IFNg, TNFa et IL-2) comparativement aux témoins sains. De plus, l'utilisation d'Elispot IFNg montrait que ces familles Vb oligoclonales produisaient de l'INFg en présence de MBP humaine, une protéine de la myéline, comparativement aux familles oligoclonales issues de témoins sains. Ces données suggèrent la présence d'une réponse auto-immune précoce dans la maladie, et argumente sur le rôle important des lymphocytes T CD8+ dans la SEP


Fichier(s) associé(s) au document :
pdfNatif.pdf