Université de Nantes
Archive du Service Commun de la Documentation

Mise en évidence de nouveaux mécanismes de tolérance induits par des anticorps anti-CD28 en allotransplantation

Par : Dugast, Anne-Sophie

Document archivé le : 07/03/2012

L'inhibition de l'activation des lymphocytes T par des cellules régulatrices est un mécanisme naturel qui peut être exploité pour contrôler l'alloréactivité en transplantation. Les lymphocytes T régulateurs agissant par la sécrétion de cytokines inhibitrices ont été parmi les plus étudiés. Nous avons démontré que le blocage spécifique de l’interaction CD28/B7 dans un modèle de greffe de rein chez le rat induit une forme de tolérance contrôlée aussi par d’autres mécanismes. Tout d'abord, nous avons mis en évidence le développement de cellules myéloïdes suppressives capables d’inhiber l’activation des cellules T selon un mécanisme dépendant du monoxide d’azote (NO). De plus, par une analyse du transcriptome de ces rats, nous avons remarqué une modification de la voie WNT, une voie impliquée dans le contrôle de l’embryogénèse et de la prolifération de cellules tumorales. En particulier, les animaux tolérants leur greffe de rein surexprimaient la protéine DKK-3, un régulateur de cette voie connue pour inhiber la croissance de cellules tumorales. Nous avons observé que cette protéine, sécrétée par les lymphocytes, était immunosuppressive pour les lymphocytes T in vitro et bloquait le rejet de greffe in vivo. Ces recherches ont contribué à montrer la diversité des mécanismes de contrôle qui peuvent être mis en place par le système immunitaire. - 2008NANT18VS


Fichier(s) associé(s) au document :
dugastDOC08.pdf