Tuberculose MDR et XDR du grand Ouest : enquête multicentrique rétrospective sur les tuberculoses MDR et XDR du grand Ouest de 2002 à 2013 : comment identifier plus précocement les patients à risques, pour quelle prise en charge ?

Par : Gaborit, Benjamin

Document archivé le : 08/03/2016

L'identification précoce des patients porteurs de tuberculoses multirésistantes est essentielle afin de limiter la transmission. Notre objectif est d'identifier les facteurs de risque de diagnostic de souches MDR et XDR. Il s'agit d'une étude rétrospective multicentrique, avec analyse des caractéristiques épidémiologiques et cliniques des cas, dans 9 centres de l'ouest de la France, entre 2002 et 2013. Les données ont été comparées (étude cas-témoin 1 pour 2) à une population de patients porteurs de tuberculoses sensibles traités au CHU de Nantes avec appariement sur le sexe, l'âge et l'année de diagnostic.Quarante quatre patients porteurs de tuberculoses multirésistantes (MDR n=35 et XDR n=9), ont été identifiés, et comparés à 90 témoins.Les cas avaient un âge moyen de 34 ans, étaient des hommes pour 76%, originaire dans 61% des cas (n=26) d'Europe de l'Est. Le délai d'arrivée en France était en médiane de 3 semaines. La prévalence de la séropositivité VIH était de 14% (n=6). Les souches XDR étaient le plus souvent secondaires (8/9), touchant des patients géorgiens. Les facteurs de risque identifiés étaient la notion de contage, la non connaissance du français, et l'antécédent de tuberculose. Les tuberculoses multirésistantes sont à suspecter chez des patients de sexe masculin originaires de pays d'Europe de l'est, arrivés récemment sur le territoire français, avec contage récent ou antécédent d'échec de traitement préalable. 15NANT111M


Fichier(s) associé(s) au document :
gaboritMED15.pdf