Pneumonies à Pseudomonas aeruginosa : données expérimentales, pharmacologiques et microbiologiques

Par : Bretonnière, Cédric

Document archivé le : 22/05/2015

Les pneumonies, notamment nosocomiales, sont fréquentes et grevées d'une mortalité et d'une morbidité élevées. Pseudomonas aeruginosa est au premier rang des bactéries responsables de ces infections et pose des problèmes préoccupants d'émergence de résistance aux antibiotiques. Dès lors, toute donnée microbiologique ou expérimentale pertinente est utile. Dans un premier temps, à partir d'un modèle d'infection pulmonaire aiguë chez le lapin, dont la particularité est la reproduction fidèle de la pharmacologie humaine, nous avons tenté de mettre au point un nouveau modèle d'infection pulmonaire chronique en utilisant une solution bactérienne avec des microbilles d'agarose. Nous avons utilisé le modèle d'infection aiguë pour évaluer l'efficacité de nouvelles molécules antibiotiques contre Pseudomonas aeruginosa. Ainsi, le dernier antibiotique de la classe des carbapénèmes, le doripénème, à différentes posologies et modes d'administration IV, a été comparé en termes d'efficacité aux 2 molécules de références, le méropénème et l'imipénème. Nous avons pu montrer que les posologies plus élevées de doripénème devaient être privilégiées. Nous avons également, dans ce même modèle, montré l'efficacité du ceftolozane. Cette nouvelle céphalosporine est aussi efficace que les comparateurs (ceftazidime, pipéracilline/tazobactam et imipénème) à posologie « usuelle » (1gX3/j) et plus efficace à doses plus élevées (2gX3/j). Enfin, nous avons comparé la sensibilité in vitro de 169 souches cliniques de Pseudomonas aeruginosa vis-à-vis des 3 carbapénèmes cités ci-dessus (imipénème, méropénème et doripénème) démontrant que ces 3 molécules sont au final assez proches. 14 NANT 16-VS

Fichier(s) associé(s) au document :