La santé des prisonniers français sur les pontons anglais de 1792 à 1814

Par : Genin Ait Hssaine Marie

Document archivé le : 31/01/2008

À l'aube du XIXème siècle, les relations franco-britanniques sont tendues, et la proclamation de la guerre n'adoucit pas la situation. Les anqlais vont entasser leurs nombreux prisonniers de guerre, dont une majorité de français avec parmi eux des chirurgiens navigants, sur des vaisseaux-prison, appelés pontons. Les conditions de détention et de vie à bord de ces pontons seront d'une extrême sévérité. Les maladies se déclarent par épidémies très meurtrières, associées aux mauvais traitements des anglais sur les prisonniers. Les ententes entre médecins français et anglais ne sont pas toujours faciles. Les traitements ne sont là que pour soulager les maux, l'époque n'offrait malheureusement pas encore de thérapeutique curative. La mortalité était alors très élevée, et les prisonniers français libérés à la fin de la guerre en 1814 sont rentrés en France avec une santé physique et moral déplorable, beaucoup d'entre-eux n'ont pas survécu.

Fichier(s) associé(s) au document :