Université de Nantes
Archive du Service Commun de la Documentation

Complexité des mécanismes liés à la tolérance et au rejet chronique en allotransplantation

Par : Ballet, Caroline

Document archivé le : 20/02/2012

La toxicité des traitements immunosuppresseurs et la survenue du rejet chronique sont deux obstacles majeurs à la survie à long terme du greffon en transplantation humaine. Dans cette thèse est analysée la réponse immunitaire face à une stimulation antigénique connue, la vaccination anti-grippale, d’une rare cohorte de patients greffés rénaux « opérationnellement » tolérants. Les résultats montrent que la plupart des ces individus sont immunocompétents, ce qui suggère que la survie du greffon chez ces patients ne dépend pas d’une immunodépression globale mais qu’elle résulte d’une tolérance spécifique. Ces données ont constitué le pré-requis à la recherche d’une signature de l’état de tolérance, qui pourrait permettre la diminution des traitements immunosuppresseurs chez des patients greffés présentant un tel profil. Nous avons par ailleurs caractérisé les modalités de la survenue du rejet chronique chez le rat, dans un modèle où la survie à long terme des greffons cardiaques est induite par une transfusion de sang du donneur avant la transplantation. Nous montrons chez ces animaux l’activation par voie indirecte de cellules CD4+ dans les premiers jours, puis la production d’anticorps spécifiques du donneur associée à des dépôts de C4d dans les greffons. La transfusion de sang du donneur avant la greffe induit donc dans cette combinaison un rejet chronique mimant celui induit par les anticorps en clinique. Ce modèle pourrait servir d’outil pour tester de nouvelles molécules pharmacologiques dédiées au traitement du rejet chronique chez l’homme. - 2008NANT21VS


Fichier(s) associé(s) au document :
balletDOC08.pdf