Le point de vue des adolescents sur leur relation avec le médecin généraliste

Par : Boulestreau-Grasset Hélène

Document archivé le : 19/08/2009

Selon les adolescents, le médecin généraliste n'est pas leur interlocuteur privilégié pour leur problème de mal-être, principalement parce qu'ils considèrent que ce n est pas le rôle du médecin généraliste de s'occuper de ces troubles. Ils le cantonnent à soigner les pathologies organiques. De plus, il existe une méconnaissance de leur droit à des soins confidentiels même en tant que mineur, associée à une ambiguïté entre secret médical et confidentialité face à l autorité parentale. Certains facteurs favorisent le dialogue entre l adolescent et son médecin traitant, et d autres n interfèrent pas dans cette relation : le sexe du médecin, notamment par rapport à celui de l adolescent, l ancienneté du suivi par un même médecin. Les facteurs favorisants le dialogue sont :- le sexe de l adolescent : les filles arrivent plus facilement à se confier à leur médecin. - le fait de tutoyer l adolescent semble être préféré au vouvoiement - s appuyer sur la famille car d une part, c est un des interlocuteurs privilégiés des adolescents, et d autre part, cela permet de comprendre le fonctionnement des relations familiales ; ainsi, les parents sont invités à être présents une partie de la consultation. - informer les adolescents de leur droit à des soins confidentiels, et par conséquent, préserver un temps de consultation avec l adolescent seul. - évoquer un symptôme lié à la somatisation permet d introduire la notion d autres problèmes de l adolescence au sens large. - provoquer la question, ne pas attendre que l adolescent évoque de lui-même un souci ; au moindre doute, ne pas hésiter à utiliser des tests de dépistage tel que le TSTS. - la fréquence des consultations : plus l adolescent est vu régulièrement, plus il a de chances de se confier ; ainsi, il est conseillé de reprogrammer un rendez-vous systématiquement en fonction du besoin. - un regard neuf et neutre permettrait d'instaurer un dialogue plus facilement (par exemple en consultant un autre médecin). - 2009NANT019M


Fichier(s) associé(s) au document :
pdfNatif.pdf